Yann Queffélec – La puissance des corps

Résumé :

Popeye, un jeune enfant afghan se fait kidnapper sur une plage de Bretagne. Son « pseudo » tuteur, Rémus, cherche à retrouver cet enfant.

Ils voyage mentalement dans son passé en même temps qu’il essaie de remonter la piste pour retrouver Popeye.

Rémus est un flic « spécial », il s’entoure de personnes aussi glauques que lui et c’est avec eux qu’il va essayer de remonter l’affaire. Là au milieu se mélangent des histoires de « Q », d’épouses, de maîtresses… Un bel imbroglio très glauque

Quatrième de couverture :

27 août 2013.

Sur la plage du Trez-Hir un enfant disparaît. On l’appelle Popeye, il a neuf ans. Pour le colonel Rémus, quarante-cinq ans, son responsable légal, il ne peut s’agir que d’un rapt. Le colonel a des ennemis. Il dirige au nom du Président une police parallèle, Les Chats maigres, spécialisée dans la fraude alimentaire. Il a femme, maîtresse, petites amies d’un soir, pas toujours animées des meilleurs sentiments…

Avec l’enlèvement de Popeye, il découvre qu’il est un homme bien seul, bien fragile en dépit des apparences. Retrouver l’enfant, il n’a plus d’autre but. Trop en vue, il engage Onyx, vingt-sept ans, une rusée renarde autrefois chez Greenpeace. Elle a changé, en deux ans, mais Rémus n’a jamais oublié son parfum…

Extraits :

Le même parcours du combattant. Quand on leur demandait comment, la guerre finie, ils avaient pu souhaiter intégrer le GIGN, puis le corps des Chats Maigres, ils répondaient honnêtement que, oui, la guerre leur manquait. Ils n’étaient ni des brutes, ni des fous sanguinaires, ni des excités, ils étaient doux comme des chats angoras, mais la guerre leur manquait. Ils haïssaient la guerre, la violence, la rage des hommes entre eux, l’imbécillité des frappes ou du corps à corps, l’arrogance du métal aveugle déchirant des familles ou ce qu’il en restait, la peur éprouvée en croisant le regard d’un forcené guère plus fautif que vous, celui d’un vrai tueur. Ils ne pouvaient plus s’en passer.

…/…

Dire oui, c’était contraire à ses principes. Elle faisait des choses, éventuellement elle agissait, mais dire oui, c’était plier, s’aligner, commencer à demander pardon à quelqu’un qui méritait qu’on lui tranche les nerfs, pour la peine. Dire oui, c’est balancer. Dire oui, c’est perdre et elle était déjà assez perdue comme ça

Mon avis :

Si l’on ne m’avait pas offert ce livre, je ne l’aurai jamais lu car je n’aime pas Yann Queffélec.
Ben ça n’a pas raté, je n’ai pas aimé, j’ai eu du mal à aller jusqu’à la fin du bouquin.

Ce roman a été écrit quelques années avant la date dans laquelle il se situe. Il se veut surréaliste ? Pas persuadée. Il se veut humoristique ? là non plus je n’en ai pas eu l’impression. Il se veut dénonciateur d’une certaine société érigée en marge de la société et faite d’anciens militaires ayant un passé de guerre assez marqué et marquant ? Là non plus ce n’est pas flagrant. La seule chose que j’ai vu vraiment c’est la critique de la société « actuelle » qui et basée sur le profit au détriment de la planète et de ceux qui y vivent , mais une fois encore, j’ai trouvé qu’il y avait trop de caricature et d’enfoncement de portes ouvertes.

Une chose est sure, je l’ai trouvé vulgaire et grossier sans grand intérêt avec une intrigue qui tourne autour de la disparition de cet enfant et qui aurait pu être bien plus intéressante si traité autrement… Sur l’ensemble du roman, la moitié m’a donnée l’impression d’être là pour faire du volume et n’a apporté pour moi aucun +

J’ai cru voir une parodie de certains personnages de Stieg Larsson mais ça ne lui arrive pas à la cheville.

J’ai eu l’impression de perdre mon temps et … j’espère que personne n’aura l’idée de m’offrir un autre bouquin de cet auteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s